Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2010

AU PROGRAMME DE TERMINALE DE SPECIALITE

Pour les élèves de Terminales Arts plastiques - Enseignement de spécialité, série L, les trois questions limitatitives à étudier cette année 2010-2011 sont les suivantes :

- Champ de l'activité picturale et de la création d'images fixes et animées :
Le portrait photographique de 1960 à nos jours, continuité et évolution.
Le portrait photographique s'est très tôt substitué au portrait pictural dont il a longtemps mimé les poses et les artifices. Parmi d'autres pionniers, Nadar a su donner au genre ses lettres de noblesse en exploitant les qualités expressives spécifiques au médium. Depuis, de nombreux photographes-artistes ou artistes-photographes ont su ouvrir des voies nouvelles qui ont agrandi notre champ de représentation du visage humain. Ces voies se sont ramifiées alors que de nouvelles pratiques réceptives à l'innovation technique voyaient le jour. Ainsi le polaroïd et l'essor du numérique ont instauré un nouveau rapport à l'image photographique sans pour autant freiner les pratiques revisitant la tradition du portrait. Aujourd'hui celui-ci est toujours le ressort d'une interrogation et il est mis à l'honneur par des artistes comme Urs Lüthi, Michel Journiac, William Wegman, Arnulf Rainer, Christian Boltanski, Helmutt Newton, Joel Peter Witkin, Thomas Ruff, Cindy Sherman, Richard Avedon, Bettina Rheims, Robert Mapplethorpe, Pierre et Gilles, Nan Goldin, etc. Sans en retracer exhaustivement l'histoire, l'étude portera sur quelques œuvres significatives susceptibles d'illustrer la diversité des démarches liées à la pratique du portrait photographique depuis les années 60 et d'en comprendre les enjeux.
- Champ des activités et des productions tridimensionnelles :
Espace, mouvement et son dans la sculpture de la seconde moitié du XXème siècle.
Dès le début du vingtième siècle, l'histoire de la sculpture présente une large variété qui oscille entre les limites extrêmes du matériel et de l'immatériel. Dans la seconde moitié de ce même siècle, les pratiques des environnements et des installations, la prise en compte de la nature, la mise en mouvement ou encore l'usage du son confirment la difficulté de définir un genre. À partir de quelques exemples significatifs, l'étude portera sur les divers phénomènes liés à l'espace, au mouvement et au son, qui, dans la période indiquée, sollicitèrent diversement le corps et la perception du spectateur.
- Champ de l'activité architecturale et du paysage : (C'est ce qui change cette année ! finie, la question sur l'architecture des musées ! Place aux jardins !)
L'art du jardin, du début du XXème siècle à nos jours.

Écrire un commentaire